Muhammad Yunus: « le capitalisme est unidimensionnel »

L’économiste Bangladais, inventeur du microcrédit et prix Nobel de la paix 2006, explique dans ce texte que notre système économique n’est pas neutre. Il est fondé sur des conceptions sur la nature humaine dont les modèles et les structures économiques en sont des dérivés. Changer de système ou changer le système comme le propose l’auteur, impliquerait sans doute de revoir ces conceptions et l’usage qui en est fait.

« Le capitalisme a une vue étroite de la nature humaine : il suppose que les hommes sont des êtres unidimensionnels qui recherchent exclusivement la maximisation du profit. Tel qu’il est généralement entendu, le concept de libre marché est basé sur cet être unidimensionnel.

Le courant principal de la théorie du libre marché pose comme hypothèse que nous participons à la société et au monde de la meilleure façon possible si nous cherchons à maximiser notre utilité. Quand ceux qui croient à cette théorie apprennent de tristes nouvelles par le biais de la télévision, ils devraient commencer à se demander si la recherche du profit constitue une panacée; mais ils chassent généralement leurs doutes en qualifiant tous les dysfonctionnements que connaît le monde de « défaillance du marché ». Ils ont entraîné leur esprits à croire que le bon fonctionnement du marché ne peut tout simplement pas produire de résultats désagréables.

Je ne pense pas que les choses aillent mal en raison de « défaillances du marché ». Le problème est beaucoup plus profond que cela. La théorie du libre marché souffre d’une « défaillance de conceptualisation », d’une incapacité à saisir l’essence même de l’humain.

Dans la théorie classique de l’entreprise, un être unidimensionnel joue le rôle du chef d’entreprise, celui qu’on appelle entrepreneur. Il a été isolé du reste de la vie, la religion, les émotions, le politique et le social. Il ne connaît qu’une mission : maximiser le profit. Il est soutenu par un autre être humain unidimensionnel qui investit de l’argent dans son entreprise. Pour citer Oscar Wilde, ils connaissent le prix de toute chose mais la valeur de rien. Notre théorie économique a créé un monde unidimensionnel peuplé par ceux qui se consacrent au jeu de libre concurrence et pour qui la victoire ne se mesure qu’à l’aune du profit. Et comme cette théorie nous a convaincus que la recherche du profit constituait le meilleur moyen d’apporter le bonheur à l’espèce humaine, nous imitons avec enthousiasme la théorie en nous efforçant de nous transformer en êtres unidimensionnels »

Vers un nouveau capitalisme, poche, 2008, p. 48-49

Cité dans philosophie et spiritualité, http://sergecar.perso.neuf.fr/textes_2/yunus1.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :