Michael Löwy: « la publicité est une menace sérieuse pour la santé (de l’environnement) »

Dans cet extrait issu d’un article écrit en janvier 2010 par Michael Löwy pour la Monthly Review et sélectionné par le magazine Adbusters, le sociologue marxiste nous interpelle sur le rôle de la publicité dans notre consumérisme actuel.  Celle-ci est une pièce essentielle du capitalisme et du néolibéralisme et façonne nos imaginaires de façon à créer la demande. Selon l’auteur il n’est pas possible de changer nos comportements pour répondre au défi écologique sans lutter contre la publicité. Food for thought

« Le consumérisme compulsif des sociétés capitalistes n’est pas la manifestation de la « nature humaine », pas plus qu’une tendance innée des individus à consommer sans fin. Rien de comparable n’a jamais été trouvé dans les communautés ou les sociétés pré-capitalistes. C’est un phénomène propre à la modernité capitaliste et inséparable du culte religieux autour de la vénération de l’objet activement encouragé par le système publicitaire. Et cette construction n’est pas le simple désir d’acquérir tel ou tel produit. C’est une culture, une vision du monde, un ensemble d’habitudes et de comportements. En bref, une façon de vivre.

Plutôt que de chercher à forcer les individus à « réduire leur train de vie » ou « réduire leur consommation », une approche abstraite et uniquement quantitative, nous avons besoin de créer les conditions sous lesquels les gens pourront, petit à petit, découvrir leur besoins réels et changer qualitativement leurs modes de consommation. Par exemple, en choisissant plus de culture, d’éducation, de santé ou un meilleur logement plutôt que d’acheter de nouveaux gadgets, de nouveaux produits de moins en moins utiles. Pour cela, la suppression du harcèlement publicitaire est une condition nécessaire.

Bien sûr, cela reste insuffisant. Par exemple, prenons l’icône de la consommation de ce que l’on appelle le capitalisme « fordiste », l’automobile, dont la nuisance à l’environnement (par la pollution de l’air, le bétonnage des espaces verts et par dessus tout l’accélération du changement climatique via l’émission de dioxyde de carbone) n’a pas besoin d’être démontrée. Une réduction durable de sa place dans nos villes, pour être démocratiquement décidé par la population elle-même, peut être implémenté avec succès seulement si, en parallèle de la suppression de la publicité persistante pour les automobiles, les politiques d’urbanisation favorisent fortement des moyens alternatifs de transport: les transports en commun, le vélo, la circulation piétonne.

La publicité est un élément essentiel dans l’infernale et toujours croissante spirale néolibérale/capitaliste de la production/consommation/accumulation, cette spirale qui mène à la dégradation, à un rythme exponentiel, de l’environnement, une dégradation qui nous mène via le changement climatique à une catastrophe sans précédent dans l’histoire humaine. La publicité peut même être vue comme le lubrifiant de cet engrenage terriblement efficace qui est en train de détruire notre planète et pourrait bien la rendre, dans quelques décennies, inhabitable pour les humains.

La morale de l’histoire est qu’un monde différent est possible, au-delà de la réification du capitalisme, du fétichisme de l’objet et de la publicité. Mais nous ne pouvons attendre qu’il arrive de lui-même: la lutte pour un futur différent commence ici et maintenant. Chaque tentative de mettre des limites à l’agression publicitaire, jusqu’à ce que nous soyons capable, un jour, de nous en débarrasser totalement, est un devoir écologique, un impératif moral et politique pour tous ceux qui espère sauver notre environnement naturel de la destruction. Le combat pour un différent paradigme civilisationnel doit précisément être mené à travers ce genre d’initiative. Nous combattons désormais pour faire reculer la frénésie publicitaire, de la même manière que les anticapitalistes se mobilisent pour des mesures, la taxe Tobin par exemple, qui mettrait des freins à la convoitise illimitée du capital. Chaque succès, même s’il est limité, s’il est gagné par l’action collective, est un pas dans la bonne direction et par-dessus tout, une avancée dans l’acquisition de la conscience du peuple et son organisation par lui-même, la principale condition pour une transcendance totale du système. »

Traduit de l’américain par Mathieu Albouy

Publicités
Comments
One Response to “Michael Löwy: « la publicité est une menace sérieuse pour la santé (de l’environnement) »”
  1. Merci pour ces réflexions salutaires. Sur le mode ludique, voici un récit de science fiction en ligne sous licence Creative commons, série 1, épisodes 1 et 2, intitulé L’abolition de la publicité. Parution tous les vendredi. Sans pub ni cash ! https://jlsagotduvauroux.wordpress.com/labolition-de-la-publicite-roman-feuilleton-en-ligne-garanti-sans-pub-et-sans-cash-chapitre-1/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :